Laura Polverelli

mezzo-soprano


 

Itinéraire d'une voix : Laura Polverelli

 

Native de Sienne, elle passerait facilement pour Andalouse ou Sicilienne, par l'obscurité profonde de son regard et de sa chevelure et cette réserve presque farouche qui caractérise souvent les peuples du soleil. 

 

Peu friande de mondanités, elle suit depuis ses débuts la voie de ceux qui ont choisi le chant non pour faire carrière mais par amour de la musique. Timbre ambré, souplesse et agilité la prédisposent aux emplois mozartiens (Zerlina, Dorabella, Cherubino, Idamante, Sesto) et rossiniens (Cenerentola, Rosina, Isabella, Isolier, Elena, Hedwige) qui constituent le socle de son répertoire.

 

Ces mêmes qualités et sa curiosité la poussent à explorer le domaine baroque. Elle interprète Poppea (Monteverdi), Juditha (Vivaldi), Rinaldo, Sesto de Giulio Cesare et Irene dans Tamerlano (Haendel).  

 

Les principaux chefs l'appellent pour des raretés ou des redécouvertes: Christophe Rousset pour L'Armida Abbandonata de Jommelli et Antigona  de Traetta, Andrea Marcon pour l'Orione de Cavalli, René Jacobs pour L'Argia de Cesti, Fabio Biondi pour  Ercole sul Termodonte  de Vivaldi, Riccardo Muti pour Betulia Liberata de Jommelli. 

 

Consciente de courir le risque d'être étiquetée et désireuse d'explorer les nouveaux rôles que lui permet l'évolution naturelle de son émission, la voici à La Scala Puck dans  l'Oberon de Weber, Fenena pour le Nabucco de Riccardo Muti, et Ascanio dans Les  Troyens de Colin Davis. Ce dernier rôle l'amène au répertoire français, avec Carmen, Dulcinée et Charlotte, qu'elle entend fréquenter assidûment. 

 

Par ailleurs, elle aborde l'opéra romantique : Bellini avec Adalgisa et Donizetti, avec  Rodrigo (Pia de'Tolomei) Jane Seymour (Anna Bolena) Elisabetta (Maria Stuarda) Sara  (Roberto Devereux), sans oublier Meyerbeer (Felicia dans il Crociato in Egitto). 

 

Ses récents engagements incluent le rôle d'Idamante dans Idomeneo à la Scala,  dirigé par MW Chung ainsi qu'une apparition à Salzburg avec Riccardo Muti, Ainsi cette attachante interprète ne cesse pas d'étoffer l'éventail de Loin du tapage médiatique et des engouements de la mode, elle est ces musiciennes toujours plus rares encore vouées à l'art du chant.